CO2 ET RÉCHAUFFEMENT CLIMATIQUE L’ARNAQUE CONTINU

il ne se passe pas une semaine sans qu’une revue cotée ne publie une nouvelle étude qui remet sérieusement en question ce que l’on croyait savoir et que l’on tenait pour sûr et certain jusque là. Le problème vient du fait que nos médias n’en parlent pratiquement pas et qu’ils donnent l’impression au public et aux politiques que la science reste figée dans de nombreux domaines et qu’elle n’évolue pas.

Tout d’abord nous allons voir que les observations démontrent sans ambiguïté, qu’au moins depuis le début des observations satellitaires qui datent d’une trentaine d’années, notre Terre a nettement verdi. C’est à dire, en termes plus scientifiques, que la surface foliaire totale, bien visible depuis l’espace, s’est considérablement agrandie. Pour leur part, les modélisation attribuent la majeure partie de ce verdissement à l’augmentation du taux de CO2 atmosphérique à côté d’autres causes moins importantes. C’est évidemment une très bonne nouvelle que d’observer (si on ne le savait pas déjà) que le CO2 a des effets bénéfiques sur la végétation, même si une partie de la presse s’efforce de la minimiser.

Une deuxième bonne nouvelle émerge de l’examen des épisodes pluvieux et de sécheresses inscrits dans les données géologiques depuis 12 siècles. Cette étude exhaustive montre (comme d’autres travaux) que les sécheresses et les pluies que nous connaissons de nos jours n’ont rien à envier à celles des siècles passés, ce qui va, bien entendu, totalement à l’encontre des discours assénés quotidiennement au grand public selon lesquels nous vivrions une époque climatique-ment catastrophique et sans précédents.

Enfin, beaucoup s’inquiétaient du devenir des planctons qui vivent dans la partie supérieure des océans et qui risqueraient de souffrir d’un réchauffement climatique putatif. Des chercheurs britanniques ont récemment démontré que ces planctons sont entraînés par les courants marins et effectuent des périples considérables, de plusieurs milliers de km, dans les océans, ce qui leur fait naturellement subir des variations de température de quelques 10°C, sans dommage pour eux et ce qui les place hors de portée des avanies d’un futur réchauffement climatique supposé. En fait, ces organismes microscopiques sont très bien entraînées à subir de grandes variations de température au cours de leur vie.

De fait, comme on va le voir, la Nature a plus d’un tour dans son sac quand il s’agit de déjouer les pronostics les plus pessimistes …

On aurait pu espérer que tout le monde se serait réjoui de cette bonne nouvelle.
La terre a (re)verdi ! Quelle aubaine pour les forêts, l’agriculture, les savanes et leurs riches biotopes !

Eh bien, non. Pas du tout ! Du moins, pas partout, comme nous allons le voir.

Tel le journal Ouest-France qui, sous la plume d’Alexiane Lerouge, relatant cette découverte, titre sans ambages : « La planète reverdit et ce n’est pas une bonne nouvelle« .
Ce titre, plutôt étonnant, n’a pas manqué d’interpeler nombre de lecteurs de PU (voir en haut de page) qui me l’ont fait savoir. De fait, on ne peut que s’interroger :

La planète verdit (depuis une trentaine d’années, au moins) et ce n’est une bonne nouvelle ?

source dans les liens de l’article ou ici .

postscriptum : ce site est un peu touffu n’hésitez pas a aller vous y perdre un peu .

moi je surveille surtout http://www.pensee-unique.fr/indicateurs.html#solaire  et je clic dessus pour les mis a jour des données!

Publicités

participez : Laisser un commentaire . . .

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s